bandeau
Accueil du site > Actualités > 1995 : La céramique en mode collectif avec le C.T.T.C.
Accueil du site > Actualités
Également dans cette rubrique
Posté le
5avril

1995 : La céramique en mode collectif avec le C.T.T.C.

Créé en 1984, le C.T.T.C. (Centre de Transfert de Technologies Céramiques) rejoint le bâtiment central d’ESTER en 1995.

Il renforce progressivement ses moyens humains et techniques jusqu’à disposer d’un parc de machines de taille industrielle, et emménager dans ses propres locaux - un vaste bâtiment de 2 000 m² - en 2005.
Reconnu pour son expertise au niveau national, il propose des services aux entreprises qui ont des besoins de Recherche & Développement en céramiques techniques, dans les domaines du spatial, de l’aéronautique, de l’énergie, ou du recyclage des déchets nucléaires.
Il mène à bien une quarantaine de projets et 300 prestations de service par an, pour 70 à 80 entreprises clientes.
« Ici sur ESTER, nous sommes à proximité de nombre d’acteurs du secteur céramique, ce qui permet véritablement de faciliter les échanges d’idées. Nous savons travailler ensemble, tour à tour clients, partenaires ou prestataires en fonction des projets et des compétences de chacun, explique Grégory Etchegoyen, le directeur du C.T.T.C. C’est une vraie notion de collectif. »

Références

- 1ère mondiale en 2001 : le C.T.T.C. réalise des implants crâniens osseux en biocéramique par prototypage rapide.
Fabriqués à l’aide du fichier 3D obtenu directement à partir du scanner du patient, les implants sont parfaitement adaptés à la morphologie du patient. La technologie a été transférée à l’entreprise 3D Ceram.
- Etudes de Recherche & Développement pour la conception de filtres à particules (pour les suies polluantes émises par les moteurs diesel).
Résonateurs (filtres céramiques) pour les télécommunications spatiales
- Le C.T.T.C. est aussi le seul en France à savoir fabriquer des matériaux ultra-réfractaires (résistant à 2 800°C) pour confiner le corium, magma constitué des éléments fondus du cœur d’un réacteur nucléaire.
 

2013, et après ?

 « Le C.T.T.C. vise le marché européen et la croissance, en développant de nouvelles activités grâce à une plateforme technologique renforcée, explique Grégory Etchegoyen. Nous entendons également faciliter le développement industriel en proposant à nos clients des équipements et prestations de service de qualité mais moins coûteuses, car mutualisés ». Le C.T.T.C souhaite aussi participer à la création et à l’implantation d’entreprise en transférant de nouvelles technologies, sous licence, à des entreprises en création ou en développement.