bandeau
Accueil du site > Actualités > Interview : Thierry Pagès, Directeur régional d’ERDF
Accueil du site > Actualités
Également dans cette rubrique
Posté le
13avril

Interview : Thierry Pagès, Directeur régional d’ERDF

ERDF va organiser dans quelques semaines un concours d’idées pour l’émergence et le déploiement de solutions innovantes portées par des jeunes pousses. Le 20 mars, Philippe Monloubou, Président du Directoire d’ERDF, était à ESTER Technopole. Il y a présenté le projet industriel d’ERDF et ce fut également l’occasion pour lui d’échanger avec les nombreux acteurs politiques et économiques présents.
 
Quels sont les besoins technologiques d’ERDF ?
Thierry Pagès : ERDF est un groupe de 36 000 salariés répartis sur 25 régions, et 8 inter-régions. C’est aussi 1,3 millions de km de réseaux à entretenir, maintenir, développer, renforcer, moderniser, sécuriser, etc.., pour lesquels ont été investis 3,3 milliards d’euros en 2014, dont 60 millions en Limousin.
Le réseau de distribution est au cœur de la transition énergétique, il est le lieu physique de cette transition. Quelques-unes des grandes priorités de la loi de transition énergétique adoptées en première lecture par l’Assemblée Nationale l’illustrent : développement des EnR, développement des Véhicules Electriques, développement de la maîtrise de la demande en énergie et de l’efficacité énergétique, … Ces grands chantiers vont dessiner les usages de l’énergie pour les années qui viennent. Les systèmes électriques intelligents, dont la première brique est le compteur communicant Linky, constituent une réponse aux nouveaux modes de production ou aux nouveaux usages de l’électricité.
Les nouveaux modes de production sont désormais intermittents et disséminés. Les flux sur les réseaux sont bidirectionnels ; la « flexibilité de la demande », l’autoconsommation et l’autoproduction se développent. Ce n’est pas sans conséquences : le réseau doit désormais mieux observer et intégrer les flux et permettre un pilotage plus fin, à l’interface de nombreuses parties prenantes (fournisseurs, agrégateurs, RTE, …).
Au fil des mutations économiques et sociétales, le réseau filaire traditionnel cohabite avec un réseau de plus en plus numérique ; la gestion des données devient un enjeu majeur de notre activité. ERDF s’organise pour devenir un « Big Data Enabler ».

Pourquoi lancer un tel concours ?
T.P. : L’innovation à ERDF s’appuie sur une R&D forte ; mais pas seulement. Le time to market s’accélère et plus que jamais innovation et transversalité sont nécessaires pour rester compétitifs et prendre le lead de la révolution technologique des réseaux de distribution en France et à l’international. De fait, l’innovation est aujourd’hui en partie délocalisée dans les territoires. Et ERDF ambitionne de développer les connexions avec les écosystèmes numériques des Régions, notamment les start-up qui sont de véritables laboratoires d’idées.
Cet appel à jeunes pousses s’inscrit dans le plan « Réseaux électriques intelligents » (un des 34 plans de reconquête industrielle), auquel contribue ERDF, qui a vocation à consolider les filières électriques et informatiques françaises sur de nouveaux marchés à forte croissance et créateurs d’emplois.
ERDF a identifié huit thématiques sur lesquelles les start-up pourront concourir : cela passe des big data et data analytics au service de la maintenance prédictive du réseau de distribution, ou de la visite ponctuelle et de la surveillance du réseau aérien au moyen d’outils innovants (type drones), aux capteurs et objets connectés pour l’observabilité et le pilotage du réseau, en passant par l’innovation au service de l’excellence de la relation client. Ce concours est donc un moyen de faire émerger et accompagner des idées innovantes issues des PME et startup, jusqu’au stade d’offre industrielle.
Les inter-régions d’ERDF sont placées au cœur du dispositif. Chacune portera l’une des huit thématiques – ce sera l’innovation au service de l’excellence de de la relation client pour l’inter-région Auvergne – Centre - Limousin, mais les start-up / PME qui le souhaitent pourront candidater sur le thème de leur choix.

Les collaborations à l’échelle régionale ont-elles leur place ?
T.P. : Notre volonté est de renforcer le lien avec l’écosystème local, économique, politique et universitaire, sur des sujets précis, ou sur la base de suggestions. Nous sommes déjà très impliqués et partenaire de proximité dans des projets à enjeu : mobilité électrique, Très Haut Débit ….
Je souhaite pouvoir mieux cerner le potentiel de l’environnement local, faire découvrir le projet industriel d’ERDF aux start-up, mieux connaître leurs métiers et activités, et suivant les opportunités, détecter, mettre en place des collaborations sur des projets à enjeu. Des premiers contacts ont d’ailleurs été pris le 20 mars avec des start-up d’ESTER.
Au-delà de ces collaborations locales, il est également envisageable de créer, depuis les directions régionales, des passerelles entre la R&D du Groupe EDF, situé à Orsay (Plateau de Saclay) et certaines start-up.