bandeau
Accueil du site > Actualités > 3 questions / 3 réponses à Guillaume Huss
Accueil du site > Actualités
Également dans cette rubrique
Posté le
15décembre

3 questions / 3 réponses à Guillaume Huss

Retrouvez ici l’intégralité de l’interview de Guillaume Huss publiée dans les Brèves d’ESTER de décembre 2009 (n°64)

Guillaume Huss, créateur et gérant de Leukos

Spécialisée dans la conception de sources laser blanches, l’entreprise Leukos vient de s’installer dans de nouveaux locaux, plus spacieux et plus adaptés. Un atout supplémentaire pour permettre à la jeune société, créée en 2006, de soutenir son développement et d’accéder à de nouveaux marchés.

Quel bilan tirez-vous de l’année 2009 ?
2009 est une année de fort développement, notamment grâce au renforcement de notre offre produits. Nous avons en effet perfectionné notre premier produit pour proposer une nouvelle ligne de produits hauts de gamme, mais nous avons surtout lancé, et breveté, une source laser blanche capable d’émettre jusque dans les UVA. C’est une première, et un véritable défi, puisqu’il n’existe à ce jour aucune autre source de ce type. L’intérêt du laser blanc, c’est sa capacité à balayer un spectre très large. Il peut émettre les couleurs de l’arc-en-ciel, un peu d’ultraviolet et une partie du spectre infrarouge, à la différence du laser classique, qui ne peut émettre qu’une seule couleur. Pour les applications biomédicales, et plus précisément sur les marchés du diagnostic et de l’imagerie, cette nouvelle source représente donc une importante avancée.

Où vos produits sont-ils distribués ?
Nous sommes représentés par des distributeurs en Allemagne, aux Etats-Unis, au Canada, et nous avons tout récemment élargi notre réseau de distribution en signant un accord de distribution au Japon. Nous avons aujourd’hui des demandes provenant du Mexique, d’Australie, de Chine ou encore de Taiwan.

Sur quels marchés vous positionnez-vous ?
Le biomédical est aujourd’hui notre principal marché, pour l’imagerie à haute résolution (microscopie confocale et tomographie optique) et la cytométrie en flux par exemple. Nous venons néanmoins d’intégrer un projet Innovation stratégique industrielle, soutenu par Oséo, pour lequel nous travaillons sur un nouveau produit dédié à des applications environnementales. Ce programme de R&D, qui regroupe 10 partenaires - laboratoires universitaires et entreprises - a débuté cet été pour une période de 4 ans. C’est pour nous un véritable tremplin économique, et l’occasion d’accéder à un marché que nous n’avions pas identifié initialement. La mise au point de ce nouveau produit devrait être terminée dans 2 ans, pour une commercialisation en série à l’issue des 4 ans.

Quels sont vos objectifs pour 2010 ?
Notre principal objectif est de conserver cette dynamique et de maintenir la progression de 2009, tout en développant l’équipe. Aujourd’hui, les ressources sont principalement affectées à la R&D, mais il nous faut renforcer la partie technique.