bandeau
Accueil du site > Actualités > 3 questions / 3 réponses à Tony Gasseling (Directeur Général d’AMCAD (...)
Accueil du site > Actualités
Également dans cette rubrique
Posté le
9mars

3 questions / 3 réponses à Tony Gasseling (Directeur Général d’AMCAD Engineering)

AMCAD Engineering quittera dans quelques mois le bâtiment central d’ESTER pour s’installer dans ses propres locaux, rue Atlantis. Née à l’incubateur en 2004, spécialisée dans la caractérisation de composants électroniques, l’entreprise pourra ainsi poursuivre sa croissance

En 6 ans, comment a évolué AMCAD Engineering ?
Nous avons démarré par une activité de services, en réalisant des tests hyperfréquences pour la caractérisation de composants électroniques. Comprendre les besoins des clients et nous adapter à leurs demandes nous a naturellement conduits à développer et commercialiser nos propres produits, des systèmes de tests et de modélisation avancés pour composants semi-conducteurs. Nos solutions sont spécifiques, car tous les tests sont réalisés avec des impulsions brèves, pour ne pas « stresser » les composants et obtenir ainsi davantage d’informations qu’avec des tests classiques. Cette activité « produits » représente aujourd’hui 60% de notre chiffre d’affaires.
Nos bons résultats nous ont permis de nous acquitter cette année de la totalité de l’avance remboursable accordée par l’incubateur du Limousin. Dans notre cas, le remboursement a été effectué en deux fois, et nous sommes la première entreprise issue de l’incubateur à l’avoir fait à hauteur de cette somme.

Vous avez lancé en 2010 la construction de votre propre bâtiment. Cette année a-t-elle marqué un cap dans votre développement ?
Nous étions jusque là en relation directe avec nos clients : agence spatiale Européenne, Thales, RFMD…, mais avons conclu en 2010 un partenariat de distribution mondiale avec la société californienne Maury. Ce contrat d’exclusivité nous a ouvert de nouvelles portes, puisque nous intégrons désormais tout le matériel de Maury et que les logiciels que nous concevons, pour la visualisation de mesures, le pilotage de bancs de mesures ou l’utilisation des données de mesures, s’adaptent à tous les types d’appareils de mesure. A l’heure actuelle, nous réalisons la moitié de notre chiffre d’affaires en Europe, 30% aux Etats-Unis, le reste en Chine et au Moyen-Orient.
Dans ce contexte, la construction de notre bâtiment s’est révélée nécessaire pour disposer de locaux parfaitement adaptés à nos activités et à nos perspectives de développement. Les travaux devraient débuter dans quelques semaines, et nous devrions prendre possession du bâtiment, que nous partagerons avec l’entreprise Pe@rl, au premier trimestre 2012.

Comment envisagez-vous l’avenir d’AMCAD ?
L’avenir passera vraisemblablement par la création d’une deuxième branche d’activités, et la diversification dans la fabrication de circuits électroniques. AMCAD est pour cela partenaire, aux côtés du laboratoire Xlim, de Thales Communication et d’Alcatel Thales III-V Lab, du projet Alpaga labellisé par le pôle de compétitivité Elopsys, qui porte sur le développement d’amplificateurs de puissance moins énergivores pour les télécommunications mobiles. Ce projet est en partie financé par la Région Limousin et le FEDER, et il a tout juste débuté. Sous réserve des résultats techniques, et de la mise au point d’un démonstrateur fonctionnel, il pourrait nous permettre de passer à la phase industrielle.