bandeau
Accueil du site > Actualités > 3 questions / 3 réponses à Christophe Lautrette
Accueil du site > Actualités
Également dans cette rubrique
Posté le
12janvier

3 questions / 3 réponses à Christophe Lautrette

Retrouvez ici l’intégralité de l’interview de Christophe Lautrette publiée dans les Brèves d’ESTER 65 (Janvier 2010).

Christophe Lautrette, créateur et Directeur Général d’Oncomedics

Oncomedics fera son retour sur ESTER en avril. Trois ans après sa sortie de l’incubateur, l’entreprise de biotechnologie, qui développe des tests pour une thérapie personnalisée du cancer, débutera dans les prochaines semaines un protocole de recherche clinique pour le cancer du colon.

Quel est le cœur de métier d’Oncomedics ?
Oncomedics répond à un problème clinique actuel. Il n’existe pas aujourd’hui d’outil diagnostic pour personnaliser le traitement contre le cancer. Les malades bénéficient d’un traitement « de consensus », c’est-à-dire le traitement le plus efficace sur l’ensemble de la population. Le taux de réponse se situe aux alentours de 50%. Cela n’est pas satisfaisant, d’une part car un traitement non adapté affaiblit le malade, mais aussi parce qu’il peut renforcer le cancer. Proposer un traitement à la carte, individualisé, est une nécessité. Oncomedics met donc au point un outil de personnalisation du traitement, l’oncogramme, transposition du concept de l’antibiogramme. Il s’agit d’une culture de la tumeur du malade destinée à évaluer l’efficacité thérapeutique d’un traitement.
A partir de cette technique, nous avons développé deux types d’activités distinctes mais synergiques. Une activité clinique, pour améliorer la prise en charge thérapeutique des malades et proposer dès le départ un traitement adapté, et une activité de service en recherche pré-clinique. Dans ce cas-là, nous intervenons pour évaluer et valider l’efficacité de futurs médicaments en cours de développement.

Où en est le développement de l’oncogramme ?
La phase de recherche pré-clinique est terminée, et nous débutons la confrontation avec les malades par le lancement de protocoles de recherche clinique, pour le cancer du colon tout d’abord, puis pour le cancer du sein. L’oncogramme est valable pour tout type de cancer, mais il nécessite, pour chacun, un développement spécifique. Notre technologie est également au point pour le cancer des ovaires, et en cours de développement pour les cancers de la prostate et les glioblastomes (l’une des formes de cancer du cerveau).
Les protocoles, que nous menons en partenariat avec les centres hospitaliers universitaires de Limoges et Bordeaux, devraient durer deux ans, et nous tablons sur une utilisation clinique d’ici 3 ans, avant une autorisation de mise sur le marché d’ici 5 ans.

Quels sont les avantages de l’oncogramme ?
Les données scientifiques sont très encourageantes, avec une amélioration de l’approche thérapeutique en première intention de l’ordre de 20% pour le cancer du sein, et jusqu’à 70% sur d’autres cancers comme celui des ovaires par exemple. La technologie est également intéressante pour deux raisons : la rapidité des résultats (une douzaine de jours environ) et un process qui permet la réalisation des analyses dans 90% des cas, avec une réponse de qualité à partir d’échantillons de petite taille.

Pourquoi avoir choisi ESTER pour vous implanter ?
Notre activité est très exigeante en matière de normes, et nous avions besoin de locaux plus grands, situés à Limoges. Nous avons trouvé à ESTER des locaux adaptés, nous permettant de créer un laboratoire, une pièce de stockage, une laverie et une salle de culture cellulaire, en répondant aux contraintes techniques liées à notre métier, notamment pour la filtration de l’air. ESTER nous permet aussi d’afficher une crédibilité, c’est une vitrine technologique et un centre d’innovation qui véhicule une image de qualité.

www.oncomedics.com