bandeau
Accueil du site > Actualités > 3 questions / 3 réponses à Jean Sainte-Laudy
Accueil du site > Actualités
Également dans cette rubrique
Posté le
9mai

3 questions / 3 réponses à Jean Sainte-Laudy

Président Directeur Général de B Cell Design

6 mois après la mission « export » au Québec organisée par ESTER Technopole, B Cell Design, spécialisée dans la conception et la production d’anticorps pour le diagnostic et la thérapeutique contre le cancer, signe un contrat de distribution exclusive mondiale avec le fournisseur de réactifs MédiMabs.

Sur quoi porte ce contrat de distribution ?
L’accord que nous venons de signer avec MédiMabs porte sur la distribution, à l’échelle internationale, de nos réactifs immunologiques. L’intérêt de MédiMabs pour les anticorps monoclonaux que nous produisons nous permet également d’être référencés auprès du fournisseur Canadien comme prestataire de services.
En l’absence de distributeur en France, MédiMabs, nous a sollicités en parallèle afin d’identifier un distributeur dans l’hexagone. Les contacts, déjà bien avancés, pourraient se conclure par un accord de distribution en France, par ce deistributeur, des anticorps Médimabs, mais également des anticorps B Cell Design.

Quels sont les impacts de ce contrat pour B Cell Design ?
La signature de ce contrat a directement donné lieu à une embauche dès le mois de février pour préparer la distribution et la commercialisation de nos produits, et la formation de l’équipe Canadienne à nos réactifs devrait débuter cet été. Très concrètement, cet accord devrait nous permettre de générer un chiffre d’affaires important, estimé entre 100 et 500 000 € à 3 ans. Cette activité représente donc une part d’autofinancement non négligeable qui nous permet de nous concentrer plus sereinement sur notre activité principale de développement d’anticorps à visée thérapeutique, pour laquelle les délais avant la mise sur le marché des médicaments sont très longs. En 2011, après à peine quatre ans d’existence, B Cell Design autofinancera plus de 60% de son activité.

D’autres résultats issus de cette mission au Canada sont-ils envisageables ?
Le Canada était une cible prioritaire pour B Cell Design, d’une part en raison de la simplicité des accords commerciaux avec la France, et d’autre part en raison de la présence d’importantes sociétés de biotechnologies. Il est également plus facile de « rentrer » aux Etats-Unis via le Canada. Nos relations Canadiennes vont donc s’intensifier dans les mois à venir, et nous entendons participer au salon Biocontact en octobre, puis nous rendre à Vancouver. Tout l’enjeu est de consolider l’accord avec MédiMabs pour conforter la position canadienne.
Malgré tout, partis au Canada pour trouver des partenariats de recherche et développement dans le domaine de la pharmacie et de la thérapeutique, nous persévérons dans cette voie et continuons à pousser la porte des Big Pharma. Au moins deux de nos rendez-vous sur place, l’un avec un important centre de recherche public, et l’autre avec une biotech privée, pourraient déboucher sur de futures collaborations.

Êtes-vous prêt à renouveler l’expérience de cette mission ?
Cette opération a été un modèle pour B Cell Design, car les rendez-vous individuels, ciblés en amont, se sont révélés très productifs : sur les 6 menés, 5 auront vraisemblablement une suite. Nous participerons bientôt à une mission identique en Suisse, avec Ubifrance, et serions très intéressés si la même action se répétait au Japon, où la cible technologique est très importante.